Quelles sont les différentes valeurs de plan au cinéma ? par Marc Dingreville

Quelles sont les différentes valeurs de plan au cinéma ? par Marc Dingreville

Les valeurs de plan au cinéma, c’est ce qui constitue la base du cadrage. Lorsque les réalisateurs s’attèlent à la tâche de créer un film, il y a un choix de valeurs de plan et il est important de les connaître, au moins de nom, pour pouvoir décrypter une scène ou les émotions d’un personnage. Marc Dingreville, directeur du Cinéma de Domont, nous présente les différents plans.

Véhiculer l’information grâce au plan cinématographique

Un plan au cinéma constitue la prise de vue entre la mise en marche de la caméra et son arrêt. Plusieurs plans dans un même lieu et dans un même temps forment donc une séquence. Dans certains cas, une séquence peut être composée d’un seul plan long : il s’agit d’un plan-séquence.

Un plan peut durer plus ou moins longtemps selon l’effet escompté par le réalisateur. En effet, il suggère des informations pour le spectateur. Elles peuvent être plutôt neutres (ex : nous sommes dans une cuisine) ou plutôt riches en sens (il y a une tâche de sang sur le sol !) pour suggérer l’imagination et déclencher l’émotion du spectateur (Le sang appartient au mari de Margareth, qui se tient livide à quelques centimètres de lui, le couteau ensanglanté encore à la main).

L’échelle des plans

Par extension, l’échelle des plans constitue dans le langage cinématographique une aide précieuse pour le réalisateur. Il va donc se référer à un plan spécifique pour véhiculer le message qu’il souhaite.

On distingue généralement 3 catégories générales de plans : Les plans larges (plan général, plan d’ensemble), les plans moyens (plan américain, plan italien), les plans de mise en avant des personnages (gros plans et très gros plans).

Le plan général

C’est un plan qui va situer l’action dans l’espace. C’est souvent le premier plan d’une séquence : plan d’une ville ou d’un quartier par exemple.

Il a pour vocation principale de présenter un lieu, une ville, un paysage ou encore un champ de bataille. Il montre l’ensemble du décor pour contextualiser l’action. Les personnages principaux peuvent y être intégrés, mais le plan ne s’attardera pas sur eux. Ils seront comme noyés dans la masse. Le plan général permet donc de donner une ambiance au film ou à une scène. Cependant, pour se faire, il doit être présenté pendant assez longtemps afin que le spectateur comprenne toutes les informations que le réalisateur a voulu transmettre à travers lui.

La plupart du temps ce type de plan est utilisé en début de film ou d’une nouvelle séquence pour préparer le spectateur à l’intrigue. Ensuite, il peut être utilisé en fin de séquence pour montrer une dernière fois où se passe l’action avant de débuter une nouvelle séquence. Dans ce cas, il ne sert plus à donner des informations mais plutôt à créer une coupure et donner de l’air au spectateur. Enfin, ce qui est plus rare, le plan d’ensemble peut servir à exprimer les émotions d’un personnage, notamment la solitude. Ce dernier sera alors seul et tout petit dans ce plan d’ensemble.

Le plan d’ensemble

Toujours un plan d’exposition, il sert aussi à présenter le décor, les bâtiments et peut-être un groupe de personnes. On l’appelle aussi establishing shot. C’est un plan de situation.

Le plan moyen

Également appelé plan pied, il cadre intégralement le personnage de la tête aux pieds. C’est un plan qui situe encore les personnages dans son environnement, mais qui commence déjà à faire focaliser l’attention du spectateur sur un groupe de personnes.

Le plan italien

C’est un plan qui est filmé au niveau des mollets avec toujours un espace vide au-dessus de la tête. C’est un plan très peu utilisé.

Le plan américain

Les personnages sont filmés à mi-cuisse. C’est un plan très connu car il a notamment été très utilisé dans les westerns car il permettait d’avoir les revolvers, accrochés à la ceinture, dans le cadre. C’est un plan qui n’est pas encore trop serré, mais qui commence à raconter des choses car la caméra se rapproche du personnage.

Le plan taille

C’est un plan beaucoup plus rapproché. Les personnes sont donc plus proches les uns des autres. Le cadre s’arrête à la taille des protagonistes comme son nom l’indique. Il est encore possible d’avoir plusieurs personnages dans le cadre.

Le plan poitrine

Cadré au niveau de la poitrine, ce plan installe le spectateur dans la confidence des dialogues des personnages. Le personnage commence vraiment à prendre une place importante dans l’image.

Le plan cravate

Dans cette configuration, il est pratiquement impossible de mettre deux personnages dans le cadre, à moins qu’ils soient à quelques centimètres l’un de l’autre. Le spectateur est dans le jeu du comédien et fait face aux émotions du protagoniste.

Le gros plan

Plan très connu, il permet de lire les émotions du personnage et même d’entrer dans sa psychologie. Dans ce type de cadrage, de l’espace est toujours laissé sous la gorge et on commence à tailler au niveau des cheveux ou du front, car c’est ce qui est le plus esthétique. Cela permet de laisser respirer votre personnage.

Le très gros plan

Ici l’accent est mis sur un détail du personnage sur une cicatrice, sur un tatouage, sur un jeu de regard et même sur les yeux.

Related posts

Leave a Comment